Parti ANC

Alliance Nationale pour les Comores

5 mars 2015

Les chefs de quartier dans l’élection du maire, une solution de démocratie participative à utiliser avec prudence.

Classé dans : Non classé — Parti ANC @ 21:26

1272361_10204288384983777_7108195222772363407_oL’article 194 de la loi électorale du 12 avril 2014 est rédigé comme suite:

« Les Chefs de quartiers et de villages désignés conformément à la tradition de leur village sont de droit membres du Conseil communal de la commune dont relève leur village. Leurs sièges s’ajoutent au nombre de siège impaire établi par la loi. Ils perdent la qualité de Conseiller communal à l’instant où ils perdent leur statut de Chef du village ou de quartier. Il est remplacé au Conseil Communal par son successeur en fonction de Chef de village. »

L’élection du maire par les chefs de quartier est une forme de démocratie participative qui a fait ses preuves dans certaines municipalités de pays d’Amérique latine et en Afrique.

La démocratie participative est un concept flou qui désigne un ensemble disparate de techniques et/ou de procédures se substituant à la légitimité. Elle émerge dans un contexte de crise de la représentation, de complexification de l’action publique, des nouvelles attentes à l’égard du politique du fait de la transformation de la société.

Notre pays se trouve tout à fait dans les situations évoquées ici. Pour preuve, le spectacle que nous ont offerts les scrutins du 25 janvier et du 22 février 2015. Et tous, nous nous sommes évertués dans en débattre en long, en large et en travers.

Notre démocratie a été prise en otage.

-          par la manipulation de l’électorat ce qui d’autres parts amène d’autres dangers

avec l’indexation d’une frange de notre population surtout à Moroni.

-          La falsification des listes et des cartes électorales.

-          L’achat massif des consciences.

-          La menace de licenciement lancée aux fonctionnaires.

La participation des chefs de village à l’élection du maire va quelque part produire du lien social, essayer de légitimer à nouveau la démocratie représentative et la rendre effective voire « démocratiser notre démocratie ».

Cette loi a le mérite de corriger le niveau de pouvoir des citoyens qui n’a pas été exercé et elle permet d’adapter le pouvoir effectif entre le contrôle citoyen et  la non-participation pour protestation ou par manipulation.

Les dispositions de cette loi vont répondre quelque peu au désenchantement démocratique comme notre scénario Comores. Ce désenchantement repose principalement sur le fait que les instances représentatives sont considérées incapables de transformer la gestion publique.

Concrètement, notre loi a agit afin d’ouvrir les lieux de pouvoir au dialogue  tant politique que social. En ce sens, faire participer les chefs de quartier/village à l’élection du maire va contribuer à renforcer l’échange entre, d’une part, le citoyen lambda qui devait aller voter  et le « village», (le vrai chef étant une personnalité coopté par les notables et les anciens, le terme anglais « elders » conviendrait mieux) et, d’autre part, les forces politiques et les représentants institutionnels.

A mon avis cette loi n’est pas inadaptée vu le contexte actuel.

Le débat devrait être ouvert avec des confrontations qui permettront de faire émerger l’intérêt général de la communauté.

Après la mise en place des maires, il va nous falloir :

-          bien identifier cette « désignation conformément à la tradition du village » évoquée dans l’article 194  de la loi électorale de 2014

-          construire des premières expériences (actions de quartier, passerelle entre jeunes

et « elders », actions sur une partie de la population cible jeunes/notables,…),

-          créer des conditions d’une participation effective par   l’invention de modalités de

participation de tous aux débats et éviter les pièges susceptibles de générer les conflits d’intérêts et le risque du communautarisme local et du repli abstentionniste.

Mahamoudou Ali Mohamed

Président du parti ANC

Moroni le 5 mars 2015

16 février 2015

POUR MORONI VILLE BIEN BATIE, IL FAUT CHOISIR MAHAMOUD ALI MOHAMED ET SON EQUIPE

Classé dans : Non classé — Parti ANC @ 21:20

10983149_10152879309989425_7585622860710153218_nPour faire de Moroni, ville d’eau et de lumière, pour faire de Moroni ville qui respire, ville accueillant tout le monde avec désinvolture… il faut un maire crédible. Mahamoud Ali Mohamed, président du parti ANC (Alliance Nationale pour les Comores), avec ses qualités d’homme intègre, attentif et soucieux de la vie des citoyens, est enfin l’homme idéal pour une Moroni qui se veut brillante.

Son expérience dans le monde des entreprises, est l’une des facteurs faisant de lui un homme de la situation. Moroni a besoin d’être bâtie pour qu’elle luise. Personne n’ignore les difficultés que Moroni veut surmonter. Problème de route, problème d’eau, problème d’électricité, problème d’hygiène, de sécurité… en somme Moroni soufre de manque de respiration. Depuis coulée, Oasis, passant par Magoudjou, Dawedjou, descendant à Mtsangani, Badjanani, jusque Zilimadjou… les problèmes sont visibles. Donc pour leur éradication, il faut placer Mahamoud Ali Mohamed, en tête de la commune de Moroni, le 22 février prochaine. C’est bien lui le porteur d’espoir et acteur d’une transformation nouvelle. En quelques lignes, le programme de Mahamoud Ali Mohamed pour une Moroni radiante.

Pour le développement

Est-il possible d’avoir des sociétés de construction à Moroni ? Oui, et même pour cela, Mahamoud Ali Mohamed, une fois élu Maire de la ville de Moroni, choisit des nouveaux quartiers tels que Magoudjou, Bodoni et Itsambouni pour une réalisation avec un plan de développement intégré. Quelques ornières laissés par cet homme de confiance, notamment dans le domaine d’infrastructures, montrent très bien la capacité de pouvoir répondre aux besoins des moroniens d’aujourd’hui et de demain. Si ce qu’il faut à l’homme c’est l’énergie et le courage, Mahamoud Ali Mohamed, a tout ce qu’il faut…

Moroni, ville propre10429309_315313795334198_3493297422344550452_n

Qui ignore l’état dans lequel la ville de Moroni se trouve ces derniers temps ? Abandonnée par les autorités, insulaires et nationales, Les rues de Moroni deviennent des dépotoirs. L’hygiène dans cette ville de référence est presque inexistante. Les déchets ménagers et autres jonchent tous les coins de la ville, notamment des lieux emblématiques. Ce faisant, Mahamoud Ali Mohamed, une fois Maire de la ville de Moroni, promet la construction d’une usine propre, qui se fondra dans le paysage de cette ville. Et donc, les déchets qui accueillent tout le monde à chaque instant doivent y être traités. L’une des priorités du président du parti ANC, une fois élu Maire de la ville.

Pour la culture et le sport,

De ces points, tout le monde a besoin. Pour répondre aux besoins de la population dans ces sens, le président du parti ANC Mahamoud Ali Mohamed, une fois Maire de la ville de Moroni, léguera de cette commune des espaces de sport au Nord de la ville, Sahara, Oasis, Djoumwa-mdji… stade Ajao, aura une image aussi moderne, et le stade Baumer, sera pris en charge par cet homme de conviction. Et dans le Sud de la Ville, la promesse d’un gymnase multisports est de mise. Les femmes aussi, ne sont pas oubliées. Un espace pour elles, pour se distraire, figure dans le liste de promesses. Tout cela sans oublier les clubs de la ville qui méritent le soutien de cette municipalité. Sur le plan culturel, les foyers culturels de la villes et les lieus d’enseignements seront au premiers plan.

La fluidité de la ville.

Moroni ne peut être flude sans qu’une circulation facile se produise. Donc les routes perpendiculaires, doivent être achevées. Et cela, Mahamoud Ali Mohamed promet. L’Axe Nord-Sud doit connaitre sa finition, et créer un autre axe dans ce même itinéraire. Pour l’image de sa grandeur, Moroni doit connaitre un parking au centre ville, une gare rouière amenagée… oui ceux-là sont parmi les soucis de Mahamoud Ali Mohamed une fois maire de la ville de Moroni.

10945605_10152844118539425_6656346109568722972_nPour la beauté de cette ville

Le métier de la pêche, sera bien valorisé, avec un marché de poisson, une ville rayonnante avec ses miles et une couleurs, des fleurs et de parfum. Pour la sécurité des hommes, il faut un aménagement d’un trottoir. Mahamoud Ali Mohamed promet la réhabilitation des écoles primaires et les écoles coraniques d’enseignements de base. Car tout humain a ses besoins qui lui arrivent sans avertir, il est donc jugé nécessaire d’une construction d’un WC public… et des points d’eau potable aussi publics, serviables pendant la période sèche.

Pour le développement de la ville

La ville de Moroni, connait un fort exode. Il y a aussi le chômage qui bat son record dans cette ville accueillante. C’est pour cela que Mahamoud Ali Mohamed, promet la création d’emplois dans cette commune, une fois Maire de Moroni. L’eau, l’électricité, l’état-civil… sont aussi des éléments importants pour les citoyens de Moroni.

Pour que Moroni vive, ville

La sécurité des hommes et des biens à Moroni est une priorité. Tout le monde est concerné. Une fois élu, Mahamoud Ali Mohamed, promet la création d’une police municipale, qui sera bien équipée, bien éduquée et bien structurée pour mieux sécuriser. Tout cela dans le but de faire de Moroni, une ville de sécurité et d’espérance. Cette ville accueillante, doit briller par son hospitalité iindubitable.

Moroni vers l’horizon

Il faut pour cette commune, une médiathèque qui puisse accueillir le maximum des enfants, jeunes et moins jeunes. Cette zone de convergence est un élément nécessaire pour le développement d’une ville comme Moroni, ville de culture et ville des érudits. Il faudra ensuite des bornes wifi pour les activités dans les réseaux sociaux. Et domaine, médiatique, il faut une Moroni Télévision

Action sociale

Mahamoud Ali Mohamed promet la création de fondations « wakfi » pour aides aux nécessiteux. L’assistance de ces ayant-besoin est une obligation. Un devoir absolu. Il faut les accompagner jusqu’à ce qu’ils pussent dominer leurs quotidiens.

Mahamoud Ali Mohamed et son équipe, sont un espoir pour une ville qui a besoin de respirer.

La rédaction

14 février 2015

Discours MAM de Moroni Badjanani du 13 février 2015

Classé dans : Non classé — Parti ANC @ 23:51

11006435_10152885976244425_4143945495200863478_nWa tukufu wa Moroni, Watukufu Wa Komori wakazi wa Moroni

Le pays  est en faillite et se trouve aujourd’hui en cessation de paiement.

La corruption est généralisée et nous sommes devenus des témoins des détournements quasi quotidiens des maigres ressources de l’Etat, nous et la communauté internationale.

L’Etat n’est pas, aujourd’hui, en mesure d’assurer ses responsabilités, alors que l’argent rentre à la douane aux les impôts, ComoresTélécom.

Notre  pays  marche, la tête à l’envers  

-    L’eau  et l’électricité sont plus chères que l’or,

-    Partout dans la capitale, il y a des montagnes d’ordures et la santé est inexistante,

-    les écoles de nos enfants deviennent des parcs à chèvres après les cours,

-    les misérables salaires des fonctionnaires  sont impayés depuis la suspension du programme honteux de vente de la citoyenneté économique

Notre pays occupe la 1ere place sur la liste des pays les plus corrompus, et nos dirigeants  nous parlent d’un bilan positif et nous demande de lui donner une majorité pour continuer son entreprise de destruction et nous y avons consentis.

Face à cette situation chaotique, les citoyens ne revendiquent pas comme partout en Afrique,  ni des emplois, ni des augmentations de  salaires, ni une diminution du coût de la vie, ni une couverture maladie,  mais juste pour demander de l’eau et de l’électricité.

ALORS QUE FAIRE DANS TOUT CELA ?

Nous, nous voulons nous occuper de notre ville, même pas de leur capitale, mais juste de notre ville pour en faire de Moroni Truru lahe Masiwa avec

-     Des actions destinées à permettre un développement harmonieux, économique et social ;

-     Des actions de proximité qui seront au cœur de nos actions municipales pour une ville bien tenue et proche de nos préoccupations du quotidien.

-     Et des actions destinées à la représentativité et le rayonnement que veut se donner la ville: des projets structurels et majeurs pour que nous soyons fiers de notre capitale Moroni.

Quoi de plus fier que Moroni, son centre ville transformé et ses habitants accueillant des dizaines de milliers de comoriens  qui vont s’animer et gré d’une nouvelle ville, centre de nombreux événements et activités.

Je veux faire de Moroni une ville pour tous, vivant, proche des familles, de nos maisons de notre travail et véritable centre d’intérêt.   Moroni plus belle, rayonnante, accueillante,  plus sûre et propre.

Mahamoudou Ali Mohamed

COMMUNIQUE DU PARTI ANC

Classé dans : Non classé — Parti ANC @ 00:19

10297628_10152197852214425_1756836987290012188_nDepuis quelques jours, une information apocryphe circule. Des membres du parti au pouvoir, UPDC et certains hommes de plumes, certainement proches de cette formation ou de ses hommes… propagent une mystification plus que dangereuse. Ils affirment que pour une large coalition dans le Bambao, le parti ANC (Alliance Nationale pour les Comores) porte son soutien au candidat de l’UPDC au deuxième tour qui a lieu le 22 février 2015.

Le parti ANC affirme que cette fameuse information n’émanant ni de son président ni de son bureau politique est en manque de vérité. Ce faisant, l’ANC et son président Monsieur Mahamoud Ali Mohamed démentent formellement ce contrevérité. Le parti ANC, précise qu’il a été utilisé par les membres du parti UPDC, notamment dans le Bambao sans qu’il leur a donné de support quelconque. Le parti ANC n’est pas avec l’UPDC ni avec son candidat Issa Soulé au deuxième tour des élections législatives.

ANC-Coordination-France

SAID YASSINE Said Ahmed, Coordinateur, chargé de la communication et porte-parole

AHEMED Soidik, secrétaire général

13 février 2015

VOICI L’INTERVIEW QUE LE PRESIDENT DU PARTI ANC, MAHAMOUD ALI MOHAMED A ACCORDEE A COMORESdéveloppement.

Classé dans : Non classé — Parti ANC @ 15:48

1272361_10204288384983777_7108195222772363407_oOMMUNALES DE ‪‎MORONI INTERVIEW DE MAHAMOUDOU ALI MOHAMED

Nous vous remercions d’avoir accepté de répondre aux questions de Comores-développement.
1) Quelle solution proposez-vous pour régler de manière durable le problème du ramassage des ordures ménagères, et doter la municipalité d’une voirie ?

M.A.M : Tout d’abord, notre solution commence par une volonté d’autonomie pour la ville de Moroni en ce qui concerne cet épineux dossier de déchets. Cela passe par un tri & collecte sélectifs ensuite une revalorisation (pas traitement car les moyens n’y sont pas encore). Tout ceci à l’intérieur de la ville de Moroni car cela nous est parfaitement possible. Je veux en finir avec une ville de Moroni prise en otage par des communes environnantes en ce qui concerne le sort à réserver au stock de déchets produits par la ville. Il ne s’agira pas d’entreposer quelque part ces stocks mais de les valoriser, les destiner à d’autres utilisations et les déchets non valorisables sur place, les faire quitter le territoire.

2) Quel est votre plan d’urbanisation et comment comptez-vous arrêter les constructions anarchiques ?

M.A.M : Une société de construction immobilière de la ville de Moroni devra être opérationnelle pour accompagner nos projets d’urbanisation de la ville et surtout cette volonté d’offrir des conditions de vie décentes aux habitants de la ville de Moroni qui vivent dans des quartiers qui ne méritent même pas le qualificatif de quartier de vie. Nous avons identifié des zones appartenant à la ville où notre programme devra s’y déployer au départ. Et il existe beaucoup plus de « Kourani » appartenant à des citoyens. Nous avons projeté de les approcher afin qu’ils adhèrent à une sorte de partenariat gagnant-gagnant. La ville gagnera en beauté, les habitants en meilleure conditions de vie et les propriétaires en plus d’argent.

3) Selon vous, quelle autorité devrait délivrer les permis de construire? La mairie, la préfecture, ou le gouvernorat de l’île ?

M.A.M : La mairie bien-sûr

4) Quelle est votre position sur les vendeurs à la sauvette qui envahissent les rues et les trottoirs? Les propriétaires de magasins les considèrent comme une concurrence déloyale, que comptez-vous faire à ce sujet?

M.A.M : Notre programme a prévu 2 grands dossiers pouvant apporter des réponses à ces problématiques. Et les emplacements existent pour cela. Un souk organisé et des marchés ouverts et spécialisés. Il nous faudra offrir d’autres moyens pour le business des vendeurs à la sauvette et les avoir à la cause de mieux agencer leurs affaires. Ils vont accompagner si leur business est garanti d’une façon ou d’une autre. D’autres propriétaires de magasin devront jouer le jeu de bons citoyens car ceux-là encouragent et alimentent ce business informel pour vite liquider leur stock.

5) Quelles seront vos sources de financement pour mener à bien votre programme ?

M.A.M : Mes sources de financement sont strictement personnelles, je n’ai pas pu trouver de mécènes pour m’accompagner dans cette entreprise citoyenne. La politique a repoussé depuis des années les bonnes volontés dans ce pays. Et je n’arrive pas à convaincre avec notre différence. Nous sommes une nouvelle génération de politiciens mais les comoriens ont encore du mal à nous suivre.

11 février 2015

L’ANC CONDAMNE L’ACTE DE CRUAUTE QUI S’EST PRODUIT A MITSOUDJE ET DEMANDE UNE ENQUETE

Classé dans : Non classé — Parti ANC @ 01:33

10297628_10152197852214425_1756836987290012188_nLe mardi 10 février 2015, les Comores notamment l’île de Ngazidja, sont réveillées par une situation déplorable. La ville de Mitsoudje-Hambou vient de vivre l’un des moments les plus tragiques de son histoire. Suite à une journée île morte, quelques jeunes de cette cité, se sont aussi manifestés. Mais une histoire de vol de trembo (vin local) a tourné au drame. Sans arme ni rien, ils se trouvaient confronter aux forces de l’ordre sur place.

Par la suite, un sanglant carnage s’est produit. Les forces de l’ordre ont ouvert le feu à balles réelles, devant ces jeunes manifestants. Le bilan est catastrophique. On déplore huit blessés dont deux graves. Avec cette sinistre situation, le parti ANC (Alliance Nationale pour les Comores), est solidaire avec les familles des victimes de cette expédition ainsi que la ville de Mitsoudje qui se trouvent sous le choc et dont la tranquillité est troublée.

Les auteurs de cet acte diabolique, ont trahis la loyauté de notre Armée Nationale de Développement. Rien ne peut justifier cet acte odieux. Horrifié et indigné par cet acte lâche et criminel ayant visé les jeunes de Mitsoudje,  le parti ANC quant à lui condamne fermement cette atrocité, cette cruauté… perpétrée à la ville de Mitsoudje-Hambou, le 10 février 2015 et demande à ce qu’une enquête soit ouverte pour identifier les vrais responsables de ce drame et les vrais auteurs de cette sauvagerie.   

Alliance Nationale pour les Comores

Coordination France

Said Yassine Said Ahmed,                                                                 Ahmed Soidik

Coordinateur, chargé de communication et porte parole                Secrétaire général

3 février 2015

MUNICIPALITES : L’ANC, MAHAMOUD ALI MOHAMED ET SON EQUIPE, POUR UNE MORONI RAYONNANTE

Classé dans : Non classé — Parti ANC @ 22:03

ANCLes jours se comptent. La ville de Moroni, a hâte d’avoir son souffle. Le temps est venu, il faut que Moroni vive bleu, donc une Moroni qui rayonne. Comme toutes les capitales du monde, la ville de Moroni, capitale des Comores, s’aligne… pour ce troisième millénaire. Toutefois, elle souffre de plusieurs afflictions, dont manque d’hygiène, lié aux déchets qui sont exposés un peu partout et faisant fuir les valeurs traditionnelles de la médina, l’exode rural ayant besoin d’être structuré, le chômage, l’angoisse des jeunes, la délinquance, l’engorgement… Donc pour une capitale digne de ce nom, il faut un Maire responsable, un Maire de conviction. Pour cela, la liste conduite par le président du parti ANC (Alliance Nationale pour les Comores) Mr Mahamoud Ali Mohamed, est sans doute apte pour répondre aux besoins de ce territoire cher à nous tous.

« Des hommes et des femmes avertis »

Proche des citoyens depuis l’aube, Mahamoud Ali Mohamed, n’a pas attendu la politique, n’a pas attendu les élections… pour se familiariser avec les siens. Le plus Moroni des enfants, est le Maire idéal dont cette commune très chère pour nous tous, a besoin. Moroni, vitrine de l’archipel avec son titre de capitale des Comores, mérite sa place dans le monde d’aujourd’hui : routes, lumières, eau courante, propreté, lieux de rencontre, sports, culture… en somme des infrastructures qui puissent confirmer la valeur et l’ampleur de cette ville. Et pour la montée de ces édifices, il faut faire confiance à la liste conduite par Mahamoud Ali Mohamed pour les prochaines échéances. Des hommes et des femmes, pleins de carrure, de conviction, de mérites et du sérieux, animés de bonne volonté. Cette ville ancienne et touristique à la fois, cette ville de taille et de valeur à la fois… ne peut être administrée que par un de ses connaisseurs. C’est pour cela qu’il faut Mahamoud Ali Mohamed… porteur de remède et d’espoir à cette commune.

« Ce n’est pas uniquement son charisme.» 10690208_10202095221342395_3256062244799291233_n

L’expérience de Mahamoud Ali Mohamed dans le domaine de gestion, son honnêteté du moment qu’on lui confie des responsabilités, sa ponctualité au moment où on a besoin de lui… et son sens de l’écoute sont quelques unes des valeurs qui le caractérisent. Ainsi, des infrastructures nécessaires pour un décollage socio-éducatif… des tâches qu’on lui a confié, et qu’il les a rendues positives, comme espéré, doivent porter des marques de témoignages de cet homme. Le président du parti ANC, Mahamoud Ali Mohamed, est bien un homme de confiance pour la ville de Moroni. Moroni, une commune, qui veut se tailler un développement durable. Ce faisant, le 22 février 2015, bien choisir, c’est de choisir la liste conduite par Mahamoud Ali Mohamed. Le slogan « Moroni truru lahe Masiwa », n’est pas un mythe. C’est une réalité, donc la voie tracée par Mahamoud Ali Mohamed et son équipe, ses conseillers municipaux.

La Rédaction

1 février 2015

Ma leçon du scrutin du 25 janvier 2015

Classé dans : Non classé — Parti ANC @ 11:58

1098402_4522728606632_1619911556_nLa descente vers les profondeurs de l’irrationnel,  vers le non droit comme référence, vers la corruption profonde, vers la déstabilisation religieuse a pris de la vitesse.

Je passe sur la vente des passeports, les abus partout et à haut niveau de l’Etat, les miroirs aux alouettes offerts à nos dirigeants, la justice qui protège les malfrats, la dilapidation de actifs de l’Etat.

Quel peuple, quelle folie !

Pas de salaire – Pas d’eau – Pas d’électricité – Pas de route – Pas de santé publique – Pas de justice – Pas de travail pour les jeunes.

Mais les chefs d’orchestre  passés et actuels de cette situation ont bien eu l’affront de demander encore la confiance des comoriens qui ne croient plus en rien d’ailleurs. Et le PAYS a déclaré vainqueurs les représentants qui ont porté leurs étendards vert-jaune, vert et bleu.

Correction, pas le pays,  la « machine ».

Pas une machine conduite par une force unique vers un but précis. Mais juste un système pour encore garder la main sur le peu qui reste de l’Etat. Un système matérialisé aujourd’hui par une CENI, un DGE et un ministre en charge des élections qui n’a toujours pas compris son rôle :

  • Le président de l’Union avait déjà bien cafouillé avec ses décrets sur la CENI et le collège électoral,
  • La CENI lui avait embotté le pas avec l’enregistrement chaotique des candidatures,
  • Le DGE avait massacré le fichier électoral et s’est bien gardé de le rendre public, 
  • Le même DGE et la CENI avaient fait fi du cahier des charges pour ne nous pondre malgré le gros budget, que des fausses cartes électorales et des équipements des bureaux de vote en pacotille.
  • Et les sbires du Gouverneur de Ngazidja nous avaient offerts des CECI et des bureaux de vote disciplinés mais incompétents.
  • Et bientôt, va rentrer en scène la fameuse Cour Constitutionnelle. 

Et le décor était bien planté :

Durant la préparation et déroulement des élections :

  1.  Plus de la moitié des électeurs inscrits n’ont pas reçu leur carte d’électeur,
  2. En conséquence le vote se faisait avec la carte d’identité  et le comble par reconnaissance faciale,
  3. Certains électeurs ont reçu 2 voire 3 cartes,
  4. Des électeurs sont disséminés dans des bureaux de vote qui ne sont pas leur bureau de vote habituel sans être informés,
  5. Des électeurs sont envoyés dans  des circonscriptions où ils ne sont pas recensés,
  6. Plus de 7000 procurations  de vote,
  7. Des membres de bureau de vote sans compétence, ni formation minimum
  8. Une corruption flagrante et manifeste mis en place sans que les instances ne les sanctionnent et ceci durant les derniers jours de la campagne (Argent distribué-Emplois fictifs électoraux-travaux de terrains de sports et de routes),

Durant le dépouillement des résultats ;

  1. 2  jours après les élections du 25 janvier 2015, il manquait encore des PV des résultats non parvenus  dans les centres de la CENI et du Ministre de l’Intérieur.
  2. Des PV ne contenaient pas de décompte et certains présentés beaucoup d’erreurs, beaucoup de surcharges et d’utilisation de blanco.
  3. Des enveloppes non scellées, des enveloppes ouvertes et des instructions de scellage non respectées, la présence du PV des résultats des conseillers dans l’enveloppe des députés,
  4. Manque de signatures, beaucoup de  souches carbones avec réinscription, beaucoup  de  décomptes faussés, beaucoup de résultats inversés, beaucoup de ratures et ré écritures.

En bref sur le total des 718 bureaux de vote, un constat a pu être fait sur 632 bureaux de vote au cours du  dépouillement des enveloppes des députés. 347 soit 54.9% des bureaux de vote présentés des graves irrégularités. Avec tous ceux ceci, l’OIF, la Ligue Arabe et l’Union Africaine sont allés féliciter le Président Ikililou pour le calme, la qualité des opérations électorales.

Et après ? 

N’est-il pas temps de se réveiller, chers compatriotes, avant que nos jeunes générations ne nous débordent, avant que la société civile ne nous crache son ras-le-bol ?

Le petit peuple fataliste est bien-sûr fatigué. Et pourquoi les autres couches de la population se taisent-t-elles ? Existe-t-il une bourgeoisie comorienne citoyenne? Existe-t-il un patronat citoyen ?

N’est-t-il pas temps de faire appel à nos responsabilités et accepter une nouvelle génération d’hommes politiques ? Car il s’agit bien de cela, d’autres hommes intègres, honnêtes et citoyens.

Wakati Wudja bien-sûr.

Et surtout que dans notre pays, le fondamentalisme islamiste pointe son nez. Cette nouvelle menace mondiale est déjà chez nous.

In fine, SAMBI veut nous apporter le fondamentalisme islamiste.  Un système en conflit déclarée avec la civilisation moderne tant dans son essence que dans sa pratique politique.

 Ne nous trompons pas. Sur cette planète Terre, l’essor des mouvements islamistes n’est  pas le fruit du hasard, mais l’effet d’une influence effective. L’intégrisme islamiste est une idéologie et son danger dans notre pays trouve sa source non seulement en SAMBI mais aussi quelque part ailleurs. Oui, l’intégrisme islamiste et son développement ne sont pas le fruit du hasard. S’il a pu se transformer en une menace mondiale, c’est grâce à un système bien organisé et doté de grands moyens.

Vous laissant à vos réflexions : Les articles 3, 11 et 154 de la Constitution du régime iranien, parlent de « soutien sans faille … » et du « principe de l’unité du monde musulman ».

 WAKATI WUDJA

Moroni le 1 février 2015

Mahamoudou Ali Mohamed

Président de l’ANC

28 janvier 2015

ELECTIONS DES DÉPUTES ET DES CONSEILLERS DES ILES AUX COMORES, DU 25/01/2015

Classé dans : Non classé — Parti ANC @ 19:27


10297628_10152197852214425_1756836987290012188_n
La permanence ANC Hadoudja Moroni

Moroni le 28 janvier 2015

Le scrutin du 25 janvier 2015 pour l’élection des représentants de l’Union et des Conseillers des Iles autonomes, a vu les comoriens rendre hommage à des politiques qui sont responsables de la déchéance de notre pays. Les grands gagnants sont ceux là même qui nous ont précipités dans cette mélasse.

Quel peuple, quelle folie !! Pluies d’argent, postes politiques et chimères continuent de convaincre.

Et ce scrutin a connu une série d’événements très inquiétants pour notre nation.

Ces graves événements, sont venus compléter,

- le cafouillage crée par le Ministère de l’Intérieur et la présidence de l’Union autour des différents décrets et arrêtés sur les élections,

-  les incidents créés par la CENI au cours de l’enregistrement des candidatures,

-  l’incompétence notaire et son « je men foutisme » du président de la CENI,

-  le fichier électoral corrompu et non rendu public,

-  les cartes électorales qui n’ont respecté le cahier de charge,

-  les CECI monocolores et la mascarade autour de la désignation des membres des bureaux de vote, qui n’a suivi aucune procédure légale et surtout qui a vu la mise en place de personnes choisies au pied levé et non compétentes

- la mise en place tardive du cadre de concertation et les obstacles posés à travers, par le Directeur Général des élections.

- Les décisions et recommandations du cadre de concertation que le président de la CENI a refusé de signer, et que la CENI a rechigné à appliquer

Ces événements sont les suivants :

Préparation et déroulement des élections :

  1.  Plus de la moitié des électeurs inscrits n’ont pas reçu leurs cartes d’électeur
  2. certains électeurs ont reçu 2 voire 3 cartes par tête,
  3. des électeurs ont disséminé dans des bureaux de vote qui ne sont pas leurs bureaux de vote habituels sans être informés.
  4. Des électeurs envoyés dans des circonscriptions où ils ne sont pas recensés.
  5. Plus de 7000 procurations pour un seul parti,
  6. Une corruption flagrante et manifeste mise en place par ceux détenteurs du pouvoir sans que les instances ne les sanctionnent et ceci durant les derniers jours de la campagne (Argent distribué-Emplois fictifs électoraux-travaux de terrains de sports et de routes,
  7. des électeurs qui ont voté par reconnaissance faciale ou sur présentation d’un extrait de naissance,

Dépouillement des résultats ;

  1. Le lendemain des élections, le  26 janvier 2015 à 16 heures, il manquait encore des PV des résultats non parvenus dans les centres de la CENI et du Ministre de l’Intérieur spécifiquement pour les circonscriptions vérifiées de Moroni, d’Itsandra, de Mitsamiouli et de Bambao.

 - 4 Bureaux  de Moroni Sud (Bacha 1, Iroungoudjani 1, Mboueni 2 et 3)

- 6 bureaux de Moroni Nord. (Magoudjou Yadjou 2, 3, 4, 5 et Hankounou 4 et 5)

- 12 les bureaux d’Itsandra: Dzahadjou 1, Vanadjou 2, Hahaya 1, 2, 3,4, Mbaleni 1, Bambani 1, Bibavou1, Oussivo 1, 2, Boenidi

  1. Énormément de PV ne contenaient pas de décompte et certains présentés beaucoup d’erreurs, beaucoup de surcharges et d’utilisation de blanco qui ne fait pas partie du matériel électoral des bureaux de vote.
  •  PV de Hankounou  2 et  3 ne contenaient pas de décompte, mais juste des chiffres.  Question, comment a-t-on obtenu des résultats sans décompte.
  • Djomani 3 : des faux calculs sur le décompte du candidat N°9 : 101 au lieu de 96
  • Ntsoudjini 1 : l’assistant n’a pas signé le PV et seulement 3 sur les 6 assesseurs l’ont signé.
  • Mihandani 1 : Pas de signature du 3ème assistant.  Et  le PV des conseillers de Dzahadjou 1 figurait dans  l’enveloppe du PV des députés de Mhandani 1,
  • Mbachilé 1 : le 9ème candidat ne figure pas sur le PV  (Mohamed Abdousalame), les totaux des décomptes sont incohérents.
  • Mondzaza Boini 2 : Le 9ème candidat (Mohamed Abdousalame) ne figure pas sur le PV.
  • Mavingouni 2 : Surcharge et présence de Blanco sur le PV, décompte faux pour le candidat Issa Soulé (8 au lieu de 48). Décompte du Candidat N° 9 (Mohamed Abdousalame) non Mentionné. Inversement du suffrage exprimé et total des votants,
  • Mistamiouli 1 : Beaucoup de surcharges et de faux calculs sur le décompte.
  • Douniani 1 : Surcharge et présence de Blanco sur le PV
  • Douniani 2 : Surcharge sur le PV et utilisation de différents stylos et décompte faussé.
  1. Des enveloppes non scellées, des enveloppes ouvertes ou instructions de scellage non respectées Présence du PV des résultats des conseillers dans l’enveloppe des députés
  • Iroungoudjani 3, l’enveloppe n’était pas scellée. La souche carbone du PV de déroulement était absente dans l’enveloppe.
  • Magoudjou Yadjou 1 : présence du PV des résultats des conseillers dans l’enveloppe des députés,
  • Ntsoudjini 1 : Dans l’enveloppe du PV des députés se trouvait le PV des Conseillers
  • Dans le paquet d’enveloppes de Bambao, il se trouvait l’enveloppe de Magoudjou 1
  • Mbachilé 2 : Enveloppe non scellée ou ouverte ou instructions de scellage non respectées
  • Bangoi Kouni 1 : Autocollant de l’urne collé sur l’enveloppe. Donc urne non scellée
  • Mdjoiezi 1 : Papier carbone du PV des conseillers dans l’enveloppe des députés et absences du papier carbone des députés
  • Mitsamiouli 7 : PV des conseillers dans l’enveloppe des députés et présence d’une autre souche du papier carbone.
  1. Manque de signatures, des souches carbones avec réinscription, décompte faussé, résultats inversés, ratures et réécritures
  • Magoudjou Yadjou 2 : inversement des résultats des candidats 2 & 3. Incohérence des résultats entre suffrages exprimés et Votants
  • Mkazi 6 : Pas de signature du 1er assistant et des 3 secrétaires
  • Ouellah 2 : 4e assistant n’a pas signé le PV
  • Ouellah 3 : surcharge et Blanco sur le PV, qui compromettent les résultats. Non signature du 1er assistant,
  • Mkazi 3 : Absence des résultats -Nul- Suffrages exprimés – Votants
  • Ivoini 2 : Présence de la liste d’émargement des électeurs dans l’enveloppe des résultats. Décompte faussé pour Soilihi Mohamed (Mis 15 au lieu de 10) et El Anrif Said Hassane (mis 127 au lieu de 112). Beaucoup de Blanco et surcharges sur le PV.
  • Ouzio 2 : Pas de chiffres votants exprimés et nul. Décompte faussé et absence du papier carbone du PV de déroulement.
  • Bangoi Kouni 2 : Utilisation d’un stylo sur la souche du papier carbone du PV de déroulement. Pas de signature du 3ème assistant,
  • Mistamiouli 5 : Surcharge au niveau des candidats Soilihi Mohamed (mis 27 au lieu de 11) Et Mohamed Farouk (mis 43 au lieu de 3), Décompte mentionné et supprimé. Non respect des cases pour les décomptes des candidats entre Ali Ahamada et Mohamed Farouk.


ANC (Alliance Nationale pour les Comores)

Moroni-Hadoudja le 28 Janvier 2015

21 janvier 2015

ANC, CANDIDAT MAOULIDA KASSIM ET SON SUPPLEANT DJAMALDINE, UN MEETING BLEU REUSSI

Classé dans : Non classé — Parti ANC @ 15:25

10950696_10152826985179425_5687632678356470703_nQuand on parle de l’ANC (Alliance Nationale pour les Comores), on parle d’une bonne école. Quand on parle de ses militants, on parle des honnêtes gens. C’est pour cela que les candidats présentés par le parti école de probité ne peuvent être que des gens honnêtes. Comme dans toutes circonscriptions où le parti ANC est représenté, la 17ème circonscription : Mitsamiouli et plus précisément Nyuma-nkomo, le candidat au poste de conseiller de l’île de Ngazidja, Maoulida Kassim natif de Membwa-djuu, et son suppléant Djamaldine Said né à Funga… sont sur la bonne voie. Une campagne sans tambour battant, mais rassurante. Oui, le peuple est conscient. La région de Mitsamiouli l’est de même. Attentif et averti, Mahamoud Ali Mohamed, président de l’ANC, en accord avec l’exécutif du parti, ont choisis les hommes idéaux pour représenter la région de Mitsamiouli, notamment Nyuma-msiru à l’hémicycle de Kobea. Un 25 janvier qui s’annonce bleu, mais pas n’importe quel bleu. Le bleu ANC.

Un périple qui ne cesse de se parer par une foule nombreuse, des hommes et des femmes élégants. Les jeunes et les moins jeunes sont aussi au rendez-vous. 10378547_10152826986224425_7186528310442120001_nTout le monde a compris que le pays a besoin de Mahamoud Ali Mohamed. Et pour le parfait de cela, il faut faire le bon choix le 25 janvier 2015, celui de Maoulida Kassim et Djamaldine Said. La région a sans doute montré la confiance que ces deux candidats leurs inspirent, et répondant à tout moment les appels de ces deux enfants de Mitsamiuli. Le candidat du parti ANC et son suppléant ne sont jamais manquants dans leurs localités. Quelques uns des bâtisseurs de leurs milieux. C’est la raison pour laquelle, leur choix est fait. Le meeting de Funga Mitsamiuli, Nyuma-nkomo a eu des allures promettant. Ses localisé, dont Ndzauze, Ntsadjeni, Pidjani, Bangwa Mafsankoa, prenaient part massivement à ce rassemblement. Nyuma-nkomo, connue avec sa bravoure, son élégance, son esprit de partage ne peut pas se tromper de choix. Voter pour les candidats de l’ANC, c’est le vote idéal.

La rédaction

12
 

Saint jacques de compostelle |
UPAR |
Thémis et les autres |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lesdelicesdhelene
| Les SDF en france
| Mon Projet Personnel et Pro...